Exemple d’alimentation vivante

Ceci est mon alimentation actuelle (en plus du petit déjeuner consistant en une pomme, une banane, et le jus de deux oranges, avec du miel cru).
Ici on voit des graines germées de blé (ce qui ne pose aucun problème car pas cuit), de tournesol, de pois chiches, et de cacahuetes. Plus des tomates, poivrons, concombres.
Parfois je rajoute la moitié d’un « abacate » (la variété qu’on trouve facilement ici au Brésil est très grosse, et par ailleurs ce fruit est un exemple d’anachronisme évolutif qui existe encore de nos jours grâce aux anciens peuples de ce continent.).

C’est naturel, sain, digeste, et surtout c’est vivant (puisque rien n’a été tué par la cuisson).
En plus, c’est pas cher. Vraiment pas cher.

Et en plus, ces graines germées ont un pouvoir rassasiant incroyable.
Et aussi, il semble difficile de prendre du poids avec une telle alimentation (à part peut-être avec le miel).

Cela fait plusieurs semaines maintenant que je mange cela, et je n’ai aucun problème, au contraire ça va encore mieux.
(Avant, je mettais un peu de thon, et je faisais l’erreur de broyer les graines, et de faire une sorte de mélange pâteux avec tout, ce qui tuait les graines).

La Nature nous donne tout, il n’y a qu’à se pencher et rajouter simplement de l’eau (pour faire germer, ou pour laver). Il serait difficile de faire plus simple…

Et pourtant les gens s’évertuent à tout modifier, à cuisiner, à cuire, ce qui tue ou dégrade considérablement tout ce qui est utile (vitamines, enzymes, etc., sans parler de la vie elle-même), et en plus la cuisson crée des réactions chimiques qui en fait produisent des choses que le corps a du mal à identifier et donc à « gérer » (ce qui donc crée des problèmes).

Et tout ça pour quoi ? Pour une simple question de « goût »…

En plus, cette « méthode » (ou non-méthode ?) fait économiser de l’énergie (cuisson), du temps pour préparer le repas et pour laver la la vaisselle. Pas de gras : parfois je lave même simplement à l’eau, sans produit.

En fait, c’est « de la cuisine à l’eau »…

Ou quand l’Homme moderne doit réinventer les choses les plus simples, perdues et perverties par les « raffinements de la civilisation » et par l’artificialité…

EL


Je ne remercierai jamais assez João Pedro Silva Pinto pour le fait de m’avoir enseigné ce « secret », en janvier 2017 au début de ma nouvelle vie ici à Rio.

Commentaires fermés.